A venir

2020, une nouvelle histoire verra le jour.

En voici juste le début, pour vous mettre en « appêtit »…

« Ô Terre, ô ma mère,

conserve sur toi

ton enfant, l’Inca

tranquille et paisible. »

(poésie inca)

« Dans ce royaume, aucun oiseau ne vole, aucune feuille ne bouge, si telle n’est pas ma volonté ».

(Atahualpa)

« Elle marchait sur le sentier escarpé depuis deux lunes, l’enfant dans une écharpe dans son dos. Elle savait qu’Inti la protégeait et ferait de même avec son enfant, quoi qu’il arrive. Elle devait le mettre à l’abri. La menace était trop grande. Le fils d’Atahualpa devait survivre aux envahisseurs, aux monstres barbus comme les appelait son grand-père.

– Nayati, mon petit lutteur, n’aie pas peur, je vais t’envoyer là où Inti et Pachamama te protègeront. Tu reviendras un jour, mais nous ne serons plus là. Et tu sauras, tu comprendras, tu leur diras.

L’enfant gémit dans l’écharpe lorsque sa mère le déposa au pied de l’autel en pierre du grand sanctuaire.

– Machu Picchu te protègera. Je t’aimerai bien au-delà du temps et de l’espace.

Zaltana, c’était son nom, emmaillotta le bébé dans son écharpe, dans laquelle elle dissimula un collier avec une émeraude d’un vert étincelant. Elle embrassa doucement son fils sur le front, tandis qu’une larme coulait sur sa joue, et elle partit sans rien dire.

Une lueur éblouit soudain le bébé et l’enveloppa, alors qu’il pleurait, et quelques instants plus tard, seul le cri perçant d’un condor troubla le silence qui régnait dans la montagne. »