toi, moi et le monde

Voilà un recueil de textes intimistes écrits au cours des deux dernières années, inspirés de personnes croisées sur mon chemin et d’autres faisant partie de ma vie, comme ma maman, ma fille, des amis et aussi de l’actualité du moment.

Extrait :

Brazzaville

L’avion se pose sur le tarmac à la tombée de la nuit, un soir de juillet 2013. Maya-Maya, Brazzaville, Congo, me voilà, je viens chercher Andréa.

 Brazzaville, la chaleureuse, une autre planète s’offre à nos yeux ahuris. Habitants déambulant dans les rues en terre battue, ou assis par terre, attendant je ne sais quoi, dans la chaleur de la nuit congolaise.

Un 4X4 roulant sur la terre battue des rues et routes de la capitale, un soir de juillet, nous emmenant, inquiets et excités, vers notre nouvelle petite fille.

Images surréalistes d’un monde que nous ne connaissons pas. Impression d’être tombés sur une autre planète. Dépaysement total, l’Afrique est là, à notre portée, après huit heures de vol depuis Roissy. Rien à voir avec les images surannées, distillées par la télé dans les reportages.

Là est la réalité. Le monde où elle vit depuis sa naissance. Nous découvrons un nouveau mode de vie, nous voyons la pauvreté, la misère mais aussi la simplicité et l’accueil de personnes qui ne nous connaissent pas, qui ont le sourire contagieux.

Premier matin, réveillés à l’aube par les babillages d’un petit garçon couleur chocolat, accaparé par une « maman », dans le logement voisin du nôtre. Nous découvrons les bruits, les discussions de nos voisins à cinq heures du matin.

Rendez-vous à huit heures avec les sœurs pour le petit-déjeuner. Accueil tonitruant d’enfants turbulents et criant « Maman ! » « Papa ! » à notre encontre. Sentiments indescriptibles, chair de poule assurée, images et souvenirs marquants, indélébiles, de ce séjour si court, parmi des dizaines d’enfants, dont la nôtre occupée à jouer une dernière fois avec tous ses amis.

Brazzaville, ville de naissance de ma princesse, je ne t’oublie pas, je te garde dans mon cœur. Plus jeune, je voulais partir avec une ONG pour soigner les enfants africains. J’ai enfin découvert l’Afrique un beau soir de juillet 2013, en allant chercher ma fille, ma merveilleuse princesse.

Brazzaville, ton nom chante et résonne dans ma tête et mon cœur, car tu m’as offert le plus joli des cadeaux. Je ne t’oublierai jamais et espère te revoir un jour…